Section 24

L'aléa inondation sur le bassin versant de l'Huveaune


Suite à de fortes pluies sur le territoire, les cours d’eau impactés voient leurs débits et hauteurs d’eau augmentés. On dit alors que les rivières sont en crue. Si l’apport d’eau de pluie et de ruissellement devient trop important au regard de leurs capacités, il y a alors inondation.

Le territoire de l’Huveaune a certaines particularités propres influant sur cet aléa. Il s’agit d’éléments caractéristiques des petits fleuves côtiers méditerranéens:

  • Une part conséquente du bassin versant est composée de sols calcaires, sensibles à une érosion créant ainsi des cavités et des fissures dans le sous-sol. Cela se traduit par une capacité de cet ensemble de fissures, appelé karst, à absorber par infiltration les eaux de ruissellement et à les drainer jusqu’à une ressource souterraine ou à un cours d’eau. Ce parcourt reste à ce jour aléatoire et peu connu. Pour la gestion du risque inondation, il y a un enjeu à acquérir des connaissances sur ce volet : en effet, l’état de saturation des sols en eau a une forte influence sur l’impact d’un épisode pluvieux sur le niveau d’eau dans les rivières du territoire. Ainsi, Les effets potentiels du karst en termes de stockage/restitution sur la réponse hydrologique des cours d’eau et la propagation des ondes de crues sont à prendre en compte. L’estimation de la répartition des secteurs karstiques sur le bassin de l’Huveaune est la suivante :
    • Massif de la Sainte Baume : 77km2
    • Massif de Aurélien-Reganas : 39,5km2
    • Massif de l’Etoile/Massif d’Allauch : 85,5km2
    • Massifs de Carpiagne/ des Calanques : 68,5km2
  • La pente des cours d’eau du territoire est relativement élevée ayant pour conséquence que le fleuve a un régime hydraulique qualifié de torrentiel. Les caractéristiques hydrauliques associées sont les suivantes :
    • faibles hauteurs d’eau
    • débits élevés
    • forte réactivité en termes de débits et de hauteurs d’eau à de fortes pluies… générant ainsi des crues soudaines dénommées « crue éclair »
  • Des tronçons d’accélération du débit:
    • Naturels (goulet géographique)
    • Ou aménagés (cuvelages, enrochements, etc.)
  • Une croissance démographique importante et une forte attractivité du territoire (entrainant un besoin de développer les activités et la capacité de logements)
  • Une urbanisation en expansion (multiplication par 3 du bâti en 40 ans)
  • Un aménagement historique du territoire contraignant pour les cours d’eau
  • Une sensibilité de la météorologie au changement climatique vers un régime de pluies méditerranéennes de plus en plus intenses

Ces différentes caractéristiques permettent de distinguer l'aléa inondation sur ce territoire en deux:

  • L'inondation par débordement de cours d'eau survient, comme son nom l'indique, lorsque la capacité de lit mineur de la rivière n'est plus suffisante au regad des apports d'eau qui lui parviennent en période de crue (affluents, ruissellement, pluie). Ces phénomènes de débordement sont liés à des pluies répétées et prolongées affectant tout ou une partie du bassin versant. En fonction de l’intensité de la pluie ces débordements seront plus ou moins importants et toucheront donc plus ou moins d’enjeux. Sur l’Huveaune, les premiers débordements occurrent pour une crue associée à une période de retour décennale (qui a une chance sur 10 de se produire chaque année). L’Etat a porté en 2014 la réalisation d’une étude complète pour caractériser l’aléa inondation sur le territoire. Celle-ci a abouti à la réalisation de cartes de zones inondables (disponibles dans les sections suivantes présentant des focus territoriaux). Les retours d’expériences des crues passées et les études menées permettent d’affirmer que la connaissance du phénomène d’inondation par débordement est bonne sur le bassin versant de l’Huveaune.
  • Lorsqu’il pleut sur une surface, l'eau qui ne peut être entièrement absorbée par cette surface ruisselle. En cas de pluie de forte intensité ou d’un cumul important de pluie sur plusieurs jours (avec donc une saturation progressive des sols), la part de l'eau qui ruisselle en surface augmente et peut causer des inondations. Le risque inondation par ruissellement est lui-même à prendre au cas par cas :

    • Le territoire possède de nombreuses zones urbaines aux sols fortement imperméabilisés. La capacité d’absorption du sol est alors très faible et l’eau est gérée par le réseau pluvial communal qui lui-même peut-être saturé en fonction du volume d’apport pluvial ou de son impossibilité de se rejeter dans un cours d’eau déjà très chargé.

    • Les très petit cours d’eau de têtes de bassins sont sur le territoire des valats à sec ou de simples axes d’écoulement. Il n’est pas toujours évident au premier abord de constater leur rôle dans le système hydrographique global et malheureusement, leur tracé peut se retrouvé amoindri voir effacé par un projet d’aménagement ou une mauvaise gestion par un particulier riverain. L’axe d’écoulement dysfonctionnera alors, créant une inondation. Gérer ce risque d’inondation par ruissellement naturel est un enjeu à relever sur le territoire avec les acteurs compétents et concernés.

Sur le bassin versant de l’Huveaune, les inondations par ruissellement occurrent pour des pluies de période de retour très fréquentes alors même que le niveau d’eau des cours d’eau principaux n’est pas menaçant. Le ruissellement est un sujet à part entière qui a vocation à être pris en compte pleinement dans la démarche de montage d’un Plan d’Actions de Prévention des Inondations (PAPI) sur l’Huveaune. A l’heure actuelle, la connaissance du phénomène de ruissellement sur le territoire est liée à l’expérience du terrain. A travers cette plateforme, nous espérons que vous pourrez nous partager vos connaissances sur ce sujet… Connaissez-vous des secteurs particulièrement soumis au risque d’inondation par ruissellement ? Lesquels, que se passe-t-il, etc. ?

2
1  
0  
0  
0  
1